La Recrudescence Des Escroqueries Au Emprunt

La Recrudescence Des Escroqueries Au Emprunt

Depuis l'arrivée des plateformes de financement participatif dans l'hexagone, un ingénieux mode d'arnaque s'est propagé sur la toile en circulant sur les sites 2.0 et sur les e-mails : de fausses propositions de financements en ligne délivrés en un rien de temps, sans aucun apport, zéro garanties et par des individus se présentant comme des investisseurs particuliers. Il s'agit là d'une tromperie, mais le déluge d'annonces sur pages donne une idée de la gravité de la situation. Par conséquent, un grand nombre de particuliers ont été floués du fait de cette arnaque.

Comment opèrent-ils ?

Faire croire à une promesse d'argent rapide

L'arnaque au crédit est présentée sous la forme d'un scénario plus ou moins crédible. Pour l'escroc, il s'agit d'une phase primordiale car il sait que la réussite de sa tromperie est en grande partie conditionnée par la crédibilité de son histoire. Lorsqu'il souhaite faire venir la plus grosse quantité de victimes possibles, il écrit et met en ligne une fausse annonce sur des sites à large fréquentation comme Twitter ou Facebook. Certains posts très populaires ne modèrent pas les espaces de discussion visibles par tout le monde, ce qui devient alors un terrain privilégié des escrocs.

Pour faire simple, l'arnaqueur s'affiche comme une personne qui dispose d'une forte somme d'argent qu'elle espère faire fructifier par l'octroi de crédits avec un taux très concurrentiel. Souvent, il se fait passer pour un retraité désirant sortir de la Banque dans le but de montrer l'image d'une personne philanthropique visant à d'améliorer la société. Ce procédé va permettre une chose : profiter du désarroi financier des personnes faibles en tentant de leur faire comprendre qu'un financement est encore possible, même avec de faibles revenus. Il prétend pouvoir leur octroyer un crédit, même s'ils ont déjà des crédits à rembourser. Une fois que la demande est acceptée, notre escroc promet de débloquer l'argent sous24h avec des durées de remboursement qui peuvent s'étaler jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
Bien qu'il puisse paraître clair pour la plupart des individus que des offres de ce type sont improbables, il n'en reste pas moins que des personnes faisant face à des difficultés financières peuvent tomber dans le piège à cause de cette illusion d'argent rapide qui les aveugle.

Faire croire au sérieux de la démarche

Sur la toile, tout le monde est capable d'usurper une identité avec un peu d'imagination. C'est de cette manière qu'agissent les escrocs au crédit qui créent intégralement un personnage fictif qui saura coller avec leur scénario. En premier lieu, ils donnent un nom et prénom français à leur personnage. Exit donc les prénoms étrangers qui tendraient à faire fuir certaines personnes. Il faut que la cible ait le sentiment que le prêteur est établi sur le même territoire qu'elle. Dans un script bien ficelé, l'escroc peut prendre l'identité d'une personne âgée ou fraîchement retraitée. Certains iront jusqu'à exiger des documents justificatifs de revenus à la future victime, d'autres lui demanderont de donner des réponses à une série de questions sur sa vie professionnelle. Pour hausser un peu plus sa crédibilité, l'escroc n'hésitera pas à concevoir un grand nombre de faux profils avec lesquels il postera de faux avis dont le but sera de faire l'éloge de l'annonce.

Accepter toutes les demandes

Lorsque la cible est persuadée du sérieux de son interlocuteur, le faux prêteur peut directement passer à l'action. Il explique qu'il valide sa demande de crédit, mais réclame en retour le paiement de frais divers par mandat avant de boucler définitivement la demande. Ces frais divers peuvent monter jusqu'à plusieurs centaines d'euros et sont demandés pour compenser le temps passé par le prêteur à étudier la demande. Ces frais de dossier sont, selon ses dires, strictement nécessaires pour libérer l'argent. En cas de paiement, notre escroc lui ordonnera ensuite de payer une cotisation obligatoire d'assurance de prêt. Sauf que, le demandeur n'obtiendra rien du tout et l'escroc retirera l'argent avant de se volatiliser.


Comment prévenir de telles arnaques ?

En France, tout le monde n'est pas habilité à proposer un prêt et le crédit aux particuliers est une activité encadrée. Si une personne ou une société fait de la vente de services bancaires par le web, le site est dans l'obligation d'afficher ses informations légales et les CGV. Pour obtenir le statut de société de crédit, tout organisme doit posséder un agrément de l'ACPR ainsi que d'une inscription à l'ORIAS. Tout site de prêt entre particuliers doit obligatoirement afficher ces agréments, dans le cas contraire, il s'agit sans doute d'une escroquerie.

De plus, il Ne pas tomber dans le pičge des arnaques au faux pręt rapide faut pas ignorer que les délais pour obtenir un crédit ne sont pas aussi rapides et qu'il faut compter à peu près une quinzaine de jours avant l'obtention des fonds sur son compte. Même si un individu était en possession d'argent à placer de cette façon, il ferait une profonde et longue analyse de toutes les demandes avant de sélectionner les plus solides.
En temps normal, un établissement financier ne délivrerait jamais un quelconque prêt (immobilier, personnel ou à la consommation) à un individu fiché à la Banque de France pour incidents de paiement.